Qu'est-ce que le crowdfunding ou financement participatif ?

En 2017, le crowdfunding ( ou financement participatif) a permis de lever 336 millions d’euros et de financer plus de 24 000 projets. Mais qu’elle est donc cette alternative de financement qui ne cesse de croître depuis quelques années ? Comment fonctionne-t-elle ? Est-elle réglementée ? En quoi est-elle bénéfique ?

Le crowdfunding ou financement participatif est une source de financement alternative au système bancaire. Il rassemble une communauté d’investisseurs (appelée aussi le “crowd”) et le fédère autour d’un projet à visée entrepreneuriale, environnementale, culturelle ou humanitaire.

Le financement participatif, ou crowdfunding (« financement par la foule ») est un mécanisme qui permet de collecter les apports financiers – généralement des petits montants – d’un grand nombre de particuliers au moyen d’une plateforme sur internet – en vue de financer un projet.

source : La naissance du crowdfunding

Le crowdfunding existe depuis de nombreuses décennies. Bon nombre de projets, comme la construction du piédestal de la statue de la liberté, ont déjà vu le jour grâce au financement participatif. L’innovation , qui a permis un tel boom du crowdfunding depuis les années 2010, résulte des nouveaux moyens techniques, à savoir : le développement d’internet, des réseaux sociaux et des plateformes de crowdfunding.

Cette émergence, depuis les années 2000, a favorisé l’apparition et la diversification de plusieurs modèles de financements/investissements tels que le
crowdfunding de dons ( avec / sans contre-partie), le crowdfunding en capital (ou crowdequity), le crowdfunding de prêt (appelé aussi crowdlending ou emprunt obligataire) et plus récemment les royalties.

Le rôle des plateformes de crowdfunding

Les plateformes de financement participatif jouent le rôle d’intermédiaire.

1+1=3

Elles favorisent la rencontre de deux communautés, qui de prime abord, ont parfois du mal à se rencontrer.

Il s’agit :

• des investisseurs, qui ont du patrimoine à investir pour permettre le développement de projets ou d’entreprises.

• des entrepreneurs, qui recherchent des fonds pour financer l’amorçage de leur projet ou accélérer leur développement économique.

Le cadre réglementaire du crowdfunding

En France, les plateformes de crowdfunding sont soumises à une réglementation bancaire et financière et ce, quel que soit le modèle de la plateforme.

Ainsi les plateformes de don et de prêts doivent être immatriculées en tant qu’intermédiaire en financement participatif (IFP) au registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance géré par l’ORIAS .

Les plateformes reposant sur un modèle d’investissement en capital doivent aussi être inscrites à l’ORIAS en tant que conseiller en investissements participatifs (CIP) ou en tant que prestataire de services d’investissement (PSI), statut agréé par l’ACPR.

Quel que soit le modèle considéré (don, capital, prêt, royalties), la plateforme est soumise à une réglementation bancaire et financière.

Les principaux modes de financement en crowdfunding

Le crowdfunding de dons (sans/avec contrepartie)

Souvent caractérisé de crowdfunding philanthropique ou altruiste, le crowdfunding de dons consiste à donner de l’argent sans attente de la part de l’investisseur. Le don est alors désintéressé et se fait par une personne physique ou morale.

Il arrive parfois que le demandeur de fonds propose une récompense. Il s’agit alors d’une campagne de crowdfunding de dons avec contrepartie. Le demandeur de fonds établit alors une échelle de corrélation positive entre la contrepartie et la valeur du don effectué.

Les récompenses peuvent se manifester de manière matérielle (cadeaux, objets promotionnels, etc.) ou immatérielle (temps accordé, publicité, etc.).

Même si les campagnes de crowdfunding de dons restent les plus populaires et ont connu une hausse de 20% en 2017, le montant levé par projet n’est en moyenne que de 4400€.

Le crowdfunding en capital ou crowdequity

Les campagnes de crowdfunding en capital permettent à des investisseurs de participer au développement économique de start-up ou jeunes structures en investissant au capital de l’entreprise. En achetant des actions, l’investisseur devient actionnaire, participe à l’avancement du projet entrepreneurial et dispose d’une partie des bénéfices futurs.

Malgré une baisse de 15% au cours de l’année précédente, le financement en capital représentait 57,5 M€ en 2017 en France.

Depuis 2014, Finple a contribué au financement de 20 projets en crowdequity, pour un montant total des levées de 7,5 M€

Investir en actions chez Finple

Le crowdfunding de prêt ou crowdlending

Le crowdlending ou emprunt obligataire est un mode de financement participatif, basé sur le système de prêt. En souscrivant à des obligations émises par une entreprise, l’investisseur peut financer la croissance des PME et même investir de manière différente dans l’immobilier.

Contrairement à un investissement en capital, l’emprunt obligataire est un placement à court terme avec un taux de rentabilité relativement attractif.

En 2017, le crowdlending a connu une véritable ascension, avec une progression de plus de 157%, ce qui a permis de lever 115,8 M€ en France.

Depuis 2014, Finple a contribué au financement de 3 projets en emprunt obligataire, pour un montant total des levées de 2,4 M€

Souscrire à des Obligations chez Finple

Le crowdfunding en royalties

Ce type d’investissement fonctionne sur le même processus que les royalties. Il s’agit d’un investissement en vue d’une compensation financière. Dans le cadre des royalties, l’investisseur n’intervient pas dans le fonctionnement de l’entreprise. Le porteur de projet ne dilue pas son capital.

Le retour sur investissement se fait sur une période de 3 à 5 ans, où le porteur de projet verse aux investisseurs un pourcentage de ses revenus (chiffre d’affaires ou économies réalisées).

Même si les fonds levés en crowdfunding restent minimes comparés à des fonds levés en capital ou emprunt obligataire, le financement participatif en royalties a progressé de 10 %, pour un montant total des levées estimé à 0,5 M€ en 2017 en France.

Les avantages de l’investissement en crowdfunding

DIVERSIFIER son ÉPARGNE avec des taux de rentabilité non négligeables

FAVORISER la CROISSANCE des jeunes entreprises

DYNAMISER l’économie LOCALE

Finple et le crowfunding

Finple est une plateforme de crowdfunding proposant des solutions d’investissement pour booster l’économie locale et diversifier votre épargne.

Fort de sa croissance, Finple a étoffé ses produits financiers et propose deux solutions d’investissement

CAPITAL EMPRUNT OBLIGATAIRE

Une histoire qui dure depuis 5 ans

Des questions vous taraudent ?

Vous avez des interrogations sur l’investissement en capital ? en emprunt obligataire ?
Vous souhaitez en savoir davantage sur notre politique d’accompagnement en investissement ?
Notre chargée de relations investisseurs se met à votre disposition pour répondre à vos questions.

Prendre un RDV

startups, 6 conseils pour lever des fonds sur une plateforme de crowdfunding

Gardons contact

Vous souhaitez être tenu informé des nouveaux projets qui entreront en financement sur Finple ? Laissez-nous vos coordonnées pour recevoir notre newsletter 2 fois par mois.

Risques liés à l’investissement en capital et/ou obligation

Facteurs de risque de perte en capital

Nous souhaitons attirer votre attention sur le fait que vous allez procéder à une opération de capital risque. À ce titre, vous êtes conscient du risque de perte partielle ou totale du capital investi. Finple ne peut garantir un retour sur investissement et ne peut être tenu pour responsable.

Facteurs de risque d’illiquidité

Nous souhaitons attirer votre attention sur le fait que les titres que vous allez acquérir ne proviennent pas d’un marché côté réglementé. À ce titre vous ne pourrez pas les céder à votre convenance mais seulement après la recherche d’acquéreurs.

Risque de défaut

Le remboursement de l’obligation dépend de la capacité de l’émetteur à faire face à ses engagements. Le risque de défaut est le risque lié à la solvabilité de l’émetteur. Le porteur d’obligation non cotée peut être soumis à un risque de perte totale ou partielle du capital investi, de même qu’il peut faire face à un risque de non-paiement des coupons.