Un air extérieur pollué, la mise en garde de l’OMS.

Devenue enjeu de santé public, la qualité de l’air est, depuis quelques décennies, une des principales sources mondiales de préoccupation. De nombreux organismes, comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), peignent un bilan assez alarmant sur la qualité de l’air atmosphérique et ambiant. Publié dans un rapport en 2014 , l’OMS affirme que :

plus de neuf personnes sur dix à travers le monde respirent un air ambiant trop pollué. C’est la conclusion […] qui s’appuie sur la qualité de l’air extérieur observée dans 3000 lieux à travers le monde.

En 2017, L’agence européenne de l’environnement (AEE), corrobore les faits de l’OMS dans un rapport sur la qualité de l’air au sein de l’Union Européenne. D’après les données chiffrées :

la qualité de l’air fait […]  état de 520 400 décès avant l’âge de 65 ans dans les 41 pays du continent européen, dont 487 600 dans les nations de l’Union européenne (UE).

En France, la qualité de l’air n’échappe pas à ce constat. La pollution de l’air constitue la troisième cause de mortalité et impacte fortement l’hexagone sur le plan sanitaire et social (estimé à 100 milliards d’euros par an).

Quand le danger vient aussi de l’intérieur

L’air extérieur ne peut être tenu pour seul coupable dans l’apparition des malades respiratoires ou le déclenchement de réponses allergiques. L’air intérieur tient aussi une part de responsabilité dans l’émergence de ces maladies, parfois incapacitantes pour certaines personnes.

air pollué en espace clos

De manière globale, l’homme passe 80% de son temps en espace clos, réparti entre l’espace familiale, la zone de travail et les transports en commun. Contre tout attente, il s’avère que l’air intérieur est 8 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. Les polluants présents dans ces espaces clos peuvent être classés dans trois catégories, à savoir les polluants biologiques, tels que les acariens, moisissures, bactéries, virus, les polluants chimiques (comme certains produits ménagers) ou encore les particules fines qui regroupent, à titre d’exemple, la poussière ou les effluents de diesel.

Même si l’aération et la ventilation des espaces clos reste un bon moyen de « dé-saturer »  un air intérieur pollué, il est parfois compliqué, d’un point de vue spatial ou technique, de permettre le renouvellement de l’air d’un espace fermé. Ce problème concerne les écoles, les bureaux, les instituts de beauté, les coiffeurs et même les hôpitaux.

Pour y remédier, NatéoSanté, une start-up française basée en région nantaise, a conçue une gamme de purificateur d’air pour filtrer les polluants et assainir l’air des espaces confinés.

NatéoSanté : une solution de traitement de l’air

Présent depuis 7 ans sur le marché de la qualité de l’air intérieur, Natéosanté équipe à la fois les particuliers mais aussi les professionnels. La jeune entreprise nantaise a créé le premier système de filtration intelligent et connecté. Il permet de purifier, d’analyser et de maîtriser la qualité de l’air intérieur de manière efficace en temps réel.

Air manager, le purificateur d'air de NateoSante

Avec plus de 83 000 coiffeurs, 30 000 écoles maternelles et crèches, 40 000 dentistes à équiper, sans compter les hôtels, les laboratoires de recherches et le milieux hospitalier ; le marché français de la purification et de l’assainissement de l’air est à conquérir.

Pour dynamiser de lancement de Eolis Air Manager au niveau national et international, NateoSanté réalise une levée de fonds de 500 000€. À l’heure actuelle, plus de 80% des fonds sont déjà financés sur la plateforme de Finple.

découvrez le projet