Nous venons de traverser la première phase d’un phénomène unique qui amène les producteurs et consommateurs à repenser leur mode de vie. Si les Français ont pris conscience de la nécessité de consommer local, si les industriels ont pris conscience des risques encourus à produire à des milliers de kilomètres, les investisseurs ont également pris conscience qu’il fallait orienter les richesses différemment, en circuit-court et avec plus de sens.

2020, vers une réorientation d’une partie de l’épargne

Tout d’abord, le contexte de taux négatif que nous vivons depuis plusieurs mois amorçait déjà un désengagement progressif de l’assurance vie et une nouvelle façon de construire son allocation afin d’aller chercher un peu plus de rendement.

Puis, la forte volatilité des marchés financiers, intensifiée avec la crise sanitaire, a démontré aux épargnants la difficulté de gérer son portefeuille et d’anticiper l’intégration de facteurs rationnels et/ou irrationnels.

Ainsi, les Français qui, pendant huit semaines de confinement, ont épargné près de 55 milliards d’euros, veulent de plus en plus investir en donnant du sens à leur épargne, en circuit court, dans l’économie de leur territoire, dans les entreprises qui contribuent à faire évoluer le monde dans lequel ils vivent, entreprises créatrices d’emplois, d’innovation et d’impacts. Ils souhaitent également, comme souvent en période d’incertitude, investir dans l’immobilier mais avec un retour à la liquidité plus rapide.

Les différentes facettes du crowdfunding répondent à un certain nombre de ces attentes et une réorientation de l’épargne vers une économie réelle.

La résilience du crowdfunding immobilier

Le crowdfunding immobilier connaît un succès grandissant auprès des épargnants dans leur allocation d’actifs avec une croissance toujours plus forte (plus de 102 % en 2019) qui se confirme sur 2020.

Cette croissance peut se justifier par trois principaux facteurs :

  • Le premier facteur est son sous-jacent immobilier, souvent considéré comme valeur refuge en période d’incertitude, l’immobilier est poussé par une demande importante sur le marché du neuf. En effet, les stocks continuent d’être tendus dans un certain nombre d’agglomérations et la demande toujours plus forte.

… les français ont épargné près de 55 milliards d’euros

  • Le deuxième facteur est la duration de cette classe d’actifs. Les durées proposées sur ce type d’investissement sont de 12 à 30 mois avec une distribution de coupons trimestriels, semestriels ou annuels. Les épargnants souhaitent de plus en plus un retour à la liquidité rapide ainsi qu’une distribution régulière pour diminuer le risque, pour saisir de nouvelles opportunités ou encore pour pouvoir pallier à des aléas de la vie.
  • Le troisième facteur est le couple rendement-risque, proposé entre 7 et 10 %/an*, alors même que le taux de défaut sur certaines plateformes comme FINPLE est nul. De tels rendements permettent ainsi, dans une allocation, de venir augmenter la performance de plus d’un point de base même si cette classe d’actifs ne représente que 10 % de l’enveloppe.

L’investissement dans des PME en crowdfunding, une solution concrète pour l’investisseur

Dès lors que l’on parle d’investissement, en direct au capital de sociétés non cotées ou via un emprunt obligataire, la part émotionnelle pour l’investisseur s’en trouve plus importante. L’épargnant adhère à la stratégie d’une équipe, à un concept, un produit ou encore un marché qui lui parle et répond à ses valeurs. Le critère géographique peut également être pris en considération avec la volonté de redistribuer à un territoire qui nous a permis d’une certaine façon de se développer. La crise sanitaire a éveillé la volonté des investisseurs à soutenir l’économie réelle.

Le crowdfunding permet d’y répondre en toute simplicité. L’investisseur pourra par exemple intervenir à deux niveaux :

  • En capital dans une stratégie moyen terme (environ de 5 à 6 ans) avec des objectifs de TRI de 20-25%/an* ainsi que des avantages fiscaux (150 O-B Ter, PEA-PME/PME ou encore IR 18%)
  • En emprunt obligataire convertible dans une stratégie moyen terme de 3 à 5 ans avec des objectifs de TRI de 8% à 12%/an*

La crise a permis d’orienter ce type d’investissement vers des entreprises qui développent de nouveaux modes de consommation, de nouvelles technologies, de nouveaux modes de travail, ou encore qui ont un impact sociétal ou environnemental.

Le crowdfunding qui s’est démocratisé en France depuis 5 à 6 ans n’avait jusqu’alors jamais connu de crises majeures. Pour la première fois, les plateformes ont pu tester, en temps réel, leur stratégie d’investissement et en découvrir les limites ou les opportunités.

La crise sanitaire a éveillé la volonté des investisseurs à soutenir l’économie réelle.

La clé d’une sélection rigoureuse des dossiers d’investissement a plus que jamais porté ses fruits dans cette période pleine d’incertitudes. Le crowdfunding a également pu se révéler essentiel dans une allocation d’actifs apportant de la performance, une décorrélation des marchés financiers, du sens et de la diversification pour les investisseurs. Mais le crowdfunding apporte également une ouverture vers une nouvelle finance qui permet à toutes générations confondues de partager une véritable aventure humaine avec des entrepreneurs talentueux et audacieux, toujours en quête de savoir et de challenge !

Thomas DEROSNE
Président Fondateur
Finple

 

* Nous attirons votre attention sur le fait que l’investissement au sein d’une entreprise non cotée comporte des risques de perte partielle ou totale en capital ainsi que des risques de défaut et d’illiquidité. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.